Tout savoir sur...

L'association départementale du Planning Familial de Paris a signé en son nom propre l'appel "Abolition 2012" regroupant 54 associations féministes pour une abolition du système prostitueur.

Cet engagement illustre une divergence partielle de notre association avec la position prise par notre mouvement à l'échelle nationale.

Notre point de vue est spécifique : nous considérons que la prostitution est une violence faite aux femmes qui doit justifier des réponses sociales, éducatives, politiques et pénales.

Nous pensons que la loi doit pénaliser le délit d'achat de service sexuel, à la fois pour renverser la charge pénale (qui pesait jusqu'alors sur les femmes prostituées à travers le délit de racolage passif) sur les proxénètes et les "clients", acteurs clés  du système prostitutionnel, mais aussi pour renforcer l'éducation à la sexualité, l'égalité entre garçons et filles. La sexualité ne s'achète pas et l'on ne doit pas pouvoir acheter le consentement de l'autre, quels que soient sa situation et son sexe.
Les femmes en situation de prostitution doivent pouvoir sortir de la précarité, obtenir des papiers, avoir accès aux soins et acquérir les moyens d'un (vrai) libre choix.
Seule une politique volontaire et globale contre les violences faites aux femmes et pour l'émancipation économique, sociale, politique et sexuelle de celles-ci pourra répondre à ces besoins.