Tout savoir sur...

Le Planning et la contraception

Sexualité et procréation

La contraception n’a pas toujours été une évidence et la maternité un choix. Malgré les avancées sur la place des femmes, les représentations liant “féminité” et “maternité” continuent de peser. Le droit au plaisir sans procréation n’est toujours pas vraiment acquis. Cela explique les résistances sociales actuelles pour l’accès à la contraception comme à l’avortement.

Entre contrainte et liberté

Pour des générations de femmes et de couples, l’accès à une contraception fiable a signifié liberté, plaisir et autonomie. Pourtant, malgré un accès facilité, la contraception peut être vécue comme une contrainte à laquelle il est difficile de se plier. La contraception est encore trop souvent réduite à une approche médicalisée et normative laissant peu de place à une réelle liberté.

Que défend Le Planning ?

Toute personne a droit à une information globale qui lui permet  de s’approprier la démarche contraceptive et de choisir la méthode qui lui convient le mieux en fonction de sa situation personnelle, sociale et relationnelle pour vivre une sexualité épanouie.

Si l’appropriation de la contraception passe par l’information, force est de constater un réel déficit en direction du grand public. Le Planning Familial plaide pour que les campagnes nationales s’appuient sur le savoir-faire des réseaux de terrain comme le sien.

Mais d'autres facteurs freinent l’accès à la contraception

  • Le coût : tous les moyens contraceptifs disponibles ne sont pas remboursés (anneau, patch, certaines pilules, préservatifs...) et certaines personnes n’ont pas de couverture sociale
  • Le manque de lieux en particulier en milieu rural, et pour un un accès gratuit et anonyme des mineurs-es tel que prévu par la loi.

Pour des informations pratiques sur la contraception, rendez-vous sur la section dédiée du site national.