Femmes : majorité de la population, portion congrue du pouvoir

Le renouveau promis n’aura pas lieu. Depuis l’élection du Président Macron, le 7 mai dernier, les associations de défense des droits humains oscillent entre profonde déception et écœurement : pas d’accueil décent des réfugiés et migrants, des restrictions aux libertés individuelles, un recul annoncé de la protection de l’environnement, la précarisation des salariés…  

Concernant les droits des femmes, également, l’arnaque est de taille : le nouveau Président s’était répandu dans les médias sur son programme « féministe », son souhait de voir une femme Premier Ministre, la parité totale, un ministère plein et entier des Droits des femmes et des ministères régaliens… pour quel résultat ! AUCUNE de ces promesses n’a été tenue.

Pire encore, pour faire passer la pilule de ces nominations majoritairement masculines, le gouvernement promettait du changement au Parlement. Les femmes ayant apparemment l’habitude d’avaler la pilule, ces nouvelles « promesses » ont elles-aussi été bafouées sans vergogne : une présidente de groupe parlementaire ? Des hommes ! Une présidente de l’Assemblée nationale ? Un homme ! LA BARBE !

Faut-il encore rappeler que les femmes constituent la majorité de la population française (52%) ? Et qu’elles sont encore systématiquement écartées des postes à responsabilité grâce à des excuses minables et éculées ?!

Bienvenue dans l’ère Macron, où rien ne change, sauf les auteurs de remarques sexistes ! Cinq ans de paternalisme lubrique en plus ! A QUAND LA REVOLTE?

Contactez-nous

10, rue Vivienne
75002 PARIS

01 42 60 93 20

Nous écrire

Plus d'infos

Actualités